Théâtre image


Nos outils / samedi, juillet 6th, 2019

Lorsque Augusto Boal arriva en France pour y développer ses techniques théâtrales, il fut confronté à des différences de systèmes d’organisation. La dictature qui sévissait alors au Brésil, laissait la place à d’autres formes de domination en Europe. Rapidement il constata que dans nos démocraties, l’oppression n’y était pas systématiquement visible. Elle pouvait être intégrée par un système éducatif, un mode de pensée, une culture. Augusto Boal appelait cela « le flic dans la tête ». A partir de ce constat il se donna la liberté d’adapter ses outils pour chacun des groupes auprès desquels il intervenait.

Ce sont ces adaptations qu’il a réunit dans un livre « L’arc en ciel du désir ». Il s’agit d’une approche plus introspective de ses outils, un regard vers soi-même qui en dit long sur notre rapport au monde. Il encourageait à rester créatif dans l’usage des outils de transformation, le monde est en perpétuel changement et les situations de chacun expriment une singularité.

Le théâtre image est un outil modulable au service d’une connaissance de soi.

La démarche est multiple. Elle peut aller de la construction d’image de « ses oppresseurs » potentiels à la construction d’une constellation d’image de soi nourries de nos projections. Ces projections peuvent être par exemple internes sous forme de pensées ou bien externes et projetées sur l’autre sous forme de jugements.
Nous regardons ces images et tentons de comprendre les différentes interactions qui existent entre elles. Nous les mettons en dialogue, laissons les changements s’opérer.
Cette possibilité de mettre en constellation toutes ces parties de nous même, nous permet d’intégrer notre part d’ombre que Durkeim décrit si bien dans son ouvrage « Le centre de l’être » ou bien encore les profondeurs qu’a exploré Jung. La présence du groupe offre un cadre rassurant et structurant dans cette exploration.
C’est en révélant les émotions liées aux pensées dites parasites qu’un changement s’opère. Ces pensées en effet ne sont pas présentes par hasard. Elles ont des choses à nous dire. Le travail de la mise en image de ces pensées puis de la mise en mouvement de celles-ci révèle leur face cachée.
Puis il y a la phase d’intégration. Les projections devenues conscientes et reliées invitent à une acceptation de soi. Nous comprenons que la dynamique de changement se met en place dès lors que nous acceptons de regarder ce que nous sommes et ce que nous vivons réellement. C’est alors qu’est possible le mouvement en nous, et qu’il devient créatif dans notre mise en relation à l’environnement.

En plus des techniques de théâtre image, nous donnons une large part au travail corporel qui était d’ailleurs primordial pour Augusto Boal. D’ailleurs comment et pourquoi séparer notre corps de notre pensée et de nos émotions?
La technique F.M. Alexander soutient avec ses principes ce qui est mis en travail dans ces expériences de construction d’image. Elle assure une prise de conscience des différentes tensions présentes. Elle offre du support dans la gestion des émotions et un sentiment de liberté dans le mouvement interne retrouvé.    
La spécificité de cette technique est de développer l’attention consciente par un guidage oral et tactile. Ce guidage accompagne la personne dans la reconnaissance de ses habitudes et dans la possibilité de les transformer. La technique Alexander est un outil solide, un support constructif dans ce travail de transformation d’image de soi.
Elle est intégrée au processus de transformation que nous offre le théâtre image.